Parks.it Accueil
Banniére locale pour la promotion du territoire

Points d'intérêt

L\'automne à la Spipola
L'automne à la Spipola
Vaschetta - Salone del Fango
Vaschetta - Salone del Fango

Doline et grotte de la Spipola

C'est la doline la plus grande de tout l'ensemble des Gessi Bolognesi – son diamètre dépassant les 700 mètres – et comprend à son intérieur des dolines mineures et de nombreux gouffres qui donnent l'accès à d'autant de grottes. De vastes bois s'étendent sur le fond et sur les versant les plus frais, où se distinguent de nombreuses espèces micro-thermiques parmi lesquelles la seule station d'isopyre faux-pigamon (Isopyrum thalictroides) de la région. Les zones les plus ensoleillées et les pentes sont occupées par des prés, des terrains cultivés et par un raid bois de chênes pubescents interrompu par les affleurements ; en hiver, un des chemins se teint des couleurs de la rare floraison du Crocus printanier (crocus vernus).
On accède à la grotte de la Spipola, découverte en 1932, seulement avec visite guidée et à partir d'une entrée artificielle sur le fond de la doline (l'entrée naturelle, dite Buco del Calzolaio, se trouve peu au-dessus).


 
Rio Acquafredda
Rio Acquafredda

Résurgence du Rio Acquafredda

Depuis la rive gauche du torrent Savena, en localité Ponticella, les raides affleurements de gypse descendant vers le cours d'eau -  dans le point où le cours d'eau revenait en surface après un long parcours souterrain - sont bien évidents. À l'origine, la résurgence avait une majestueuse entrée couronnée par des cannelures « en chandelle », complètement détruite par les activités d'une carrière. Le toponyme Siberia (Sibérie) rappelle le microclimat particulièrement frais de la zone.


 
Haut plateau de Miserazzano avec neige
Haut plateau de Miserazzano avec neige

Haut plateau de Miserazzano

Une séquence de petites dolines, gouffres et côtes de gypses caractérise le plateau, duquel l'on peut réjouir d'une belle vue sur la vallée du fleuve Savena, là où il arrive à la plaine tout près de Bologne. Dans certaines zones on aperçoit de nombreux points de décollement. La végétation typique des affleurements, enrichie par les arbustes méditerranéens, accompagne des lopins de bois sur le fond des dolines. Insolite la présence de l'opuntia compressa, une cactacée dont la diffusion spontanée est due à la proximitè du jardin de Villa Meserazzano.


 
 

Buco delle Candele

Près de la Palestrina, un ancien front de carrière d'époque peut-être romaine, sur les parois raides d'un gouffre situé dans une zone boisée, le ruissellement a produit d'évidentes et spectaculaires cannelures verticales connues comme « érosions en bougie ».


 
Oratoire de Madonna dei Boschi
Oratoire de Madonna dei Boschi


Livres et guides
 

Oratoire de la Madonna dei Boschi

Petit oratoire du XVIIe siècle, objet d'une dévotion populaire ancienne et récemment restauré, il se trouve au milieu du bois tout près de la Via du même nom.
Le nettoyage de la végétation qui avait progressivement envahi la zone en face de l'oratoire a permis de dévoiler un imposant bloc de gypse, modelé en forme d'assise rustique, et qui a redonné de la valeur au merveilleux chêne séculaire délimitant cet insolite et suggestif « parvis ».


 

Ancienne carrière à fil hélicoïdal et Monte Castello

Monte Castello, une hauteur gypseuse en position stratégique sur la vallée aveugle de l'Acquafredda, fut fréquentée dès le paléolithique inférieur et abrita des sites préhistoriques jusqu'à tout l'âge du cuivre : c'est à cette dernière période qu'appartiennent les restes d'un trousseau funéraire de femme retrouvés le long du raide versant sud. La zone de l'ancienne carrière à fil, la seule dans laquelle on utilisait le fil hélicoïdal pour l'extraction du gypse, est particulièrement intéressante du point de vue de la paléontologie puisque l'activité de la carrière a sectionné un gouffre, en découvrant des pièces paléontologiques d'époque Würmienne parmi lesquelles un crâne de cervidé (mégalocerus) et de nombreux os de bison préhistorique (Bison priscus) que l'on peut admirer au Musée Donini à S.Lazzaro di Savena.  


 
Vallée aveugle de l\'Acquafredda
Vallée aveugle de l'Acquafredda
Vallée aveugle de l\'Acquafredda - été
Vallée aveugle de l'Acquafredda - été

Vallée aveugle de l'Acquafredda

Parmi les grands prés et les terrains cultivés s'alternant à quelques arbustes, on peut distinguer une fine bande de végétation hygrophile tout le long du Rio Acquafredda.
La vallée est fermée par une paroi relevée, le long de laquelle sont bien visibles les stratifications de gypse. D'ici commence le complexe système sous-terrain Acquafredda-Spipola.
Le bois entourant le gouffre abrite des espèces rares comme la langue de cerf et le perce-neige.


 
Cloître de S.Cecilia
Cloître de S.Cecilia

Église de la Croara

A l'ombre de pins majestueux se dresse l'église de la Croara, dont l'aspect rappelle les églises du XIXe siècle. Elle était partie de l'ancien couvent de S. Cecilia duquel dépendaient les fermes et les oratoires des alentours. Ce qui en reste de nos jours c'est le cloître en style Renaissance annexé à l'église. L'esplanade offre une belle vue de Bologne et de la plaine.


 

Buca del Budriolo

Il s'agit d'une vallée aveugle et profonde qui s'est développée en contact avec des stratifications de gypse très inclinées. Sur le fond s'ouvre le gouffre d'accès à la grotte Calindri – autre grotte protégée. Au versant sud, doux, avec des emblavures et un tout petit vignoble, s'oppose le versant nord, plus raide. Les affleurements sont colonisés par la typique végétation pionnière de mousses, lichens et petites succulentes. En été, se distinguent les floraisons dorées des hélicryses et des genêts. Les zones nues alternent avec un petit bois de chênes pubescents, où l'on retrouve aussi la persistante filaire (Phillyrea).


 
Mont Calvo
Mont Calvo

Mont Calvo

Les versants du mont, pour sa nature argileuse, ont toujours été plus convenables au pâturage plutôt qu'à l'agriculture. Dans les points les plus raides se distinguent de vastes sillons creusés par les pluies ; là où la pente se fait plus douce, des fourrés recouvrent les anciens pâturages. Peu au-dessous du sommet, en position pittoresque, s'élève l'ancienne église de San Giovanni Battista, annoncée par une rangée de cyprès s'alternant à des arrêts d'un chemin de la croix.


 
Grotta del Farneto: Canale di Volta
Grotta del Farneto: Canale di Volta


Livres et guides

Grotte du Farneto

Farneto, avec son église ancienne consacrée à San Lorenzo, est connue de nos jours surtout pour la grotte qui porte le même nom. Cette grotte fut découverte en 1871 par Francesco Orsoni qui entreprenait les premières importantes recherches archéologiques. Pendant les années '60 Luigi Fantini retrouva des sépultures datant de l'âge du cuivre dans un abri naturel créé par une stratification en saillie, dont les pièces archéologiques sont exposées au Musée Archéologique de Bologne. Ravagés par des travaux de carrière, l'affleurement et la grotte sont restés inaccessibles pendant plusieurs années à cause d'un glissement qui en empêchait l'entrée. Après leur récupération, mise en sécurité et requalification, le site a été réouvert au public en 2008.


 

Buca dell'Inferno

De nombreux gouffres, desquels on accède à de petites cavités comme la Grotte Coralupi, s'ouvrent sur les versants de la doline, presque entièrement revêtus par un bois frais. Au printemps, parmi les splendides fleuraisons du sous-bois, se distingue l'abondante floraison de la scille ; en été, dans un très petit nombre de stations fleurit le lis martagon (Lilium martagon) et le lis orangé (Lilium bulbiferum).


 
Buca di Gaibola
Buca di Gaibola

Buca di Gaibola

Ample doline à l'intérieur de laquelle s'ouvrent les gouffres d'accès à de nombreuses cavités. La doline la plus ample – Grotta Novella – est destinée à un laboratoire souterrain et se caractérise par d'imposantes lames de calcite. Le microclimat frais et humide près des gouffres favorise la présence de mousses (Minimum spp), fougères (Polypodium vulgare), doradille noire (Asplenium trichomanes). On signale aussi la présence de la Dauphinelle fendue (Delphinium fissum), extrêmement rare surtout à ces basses altitudes. Sur le versant nord, autrefois occupé par les terrains cultivés, on trouve aujourd'hui un fourré qui pénètre dans le bois recouvrant le reste de la vaste doline.


 

Buca di Ronzano

Dans les zones les plus douces de la vallée aveugle se dressent des habitations entourées par des stations de sempervirents, vignobles, arbres fruitiers et prés. Sur les arêtes gypseuses qui ferment la vallée se développe un bois clairsemé, interrompu ici-là par les affleurements, où le chêne pubescent, le frêne à fleurs (Fraxinus ornu) le poirier sauvage (Pyrus pyraster) assument souvent un port buissonneux et tordu. L'exposition ensoleillée de ce versant enrichit la végétation de nombreuses présences méditerranéennes : ciste (cistus salvifolius) filaire (Phylirea), chêne vert.


 
Ca' de' Mandorli
Ca' de' Mandorli

Ca' de' Mandorli

Cette zone, autrefois occupée par des carrières de gravier, se caractérise par un fort intérêt naturel : les dépôt alluviaux du Pléistocène inférieur et moyen ont laissé des dépressions caractérisées par des zones humides abritant différentes espèces migratoires. Un parcours circulaire, équipés de miradors, permet de visiter la zone et se relie à l'itinéraire le long du torrent Idice, remontant le cours d'eau sur un long trait.


 
Pizzocalvo
Pizzocalvo

Pizzocalvo

À la confluence des torrents Zena et Idice, sur un petit coteau, un boulevard de cyprès mène à la petite église de Santa Maria Assunta qui remonte au XIIe siècle. Les quelques maisons éparpillées et l'église sont ce qui reste de Pizzocalvo, communauté importante jusqu'à la fin du '700.


 

Molino Grande

La petite Oasis, autrefois gérée par la section WWF de Bologna, comprend une partie de bois hygrophile le long de la rive gauche du torrent Idice, à proximité des ruines d'un vieux moulin. Un chêne monumental, des saules, des peupliers, des aulnes et des frênes du Midi, outre au très répandu robinier et de nombreux arbustes, sont un exemple de la végétation qui accompagne aussi d'autres cours d'eau de la zone. Une série de petits tableaux signale les principales espèces botaniques.


 

Affleurements gypseux sur le torrent Idice

Dans le trait où le torrent Idice frappe sur les affleurements gypseux, on peut clairement distinguer la succession complète des stratifications évaporitiques séparées par des intercalations argileuses. Sur une épaisse stratification gypseuse s'est développée une belle forme d'érosion. Dans certains endroits, pendant les périodes pluvieuses, on peut distinguer de petites résurgences.


 

Villa Abbadia

Sur les amples terrasses du fond de vallée du torrent Idice, dans l'imposante architecture de Villa Abbadia, on distingue encore l'ancienne Abbaye de San Michele. Appartenue autrefois aux Camaldules et ensuite aux Gaudents, elle devint de propriété de la famille de Carlo Berti Pichat, premier maire de San Lazzaro, qui la transforma en villa au début du XIXe siècle en y ajoutant l'imposante tour de l'horloge.


 
Castel de' Britti
Castel de' Britti

Castel de' Britti

Des arbustes persistants s'alternent à la végétation qui pousse sur les arêtes gypseuses du rocher où se dressent l'église et une partie de l'ancien bourg.
Sur les affleurements en amont du village, parmi les derniers Gessi Bolognesi, on distingue de petites dolines.


 
Ciagnano
Ciagnano

Ciagnano

Un très beau point panoramique sur la plaine, la vallée du torrent Idice et la suggestive petite vallée du Rio Olmatello. Autrefois, il existait ici un important bourg fortifié administrant un vaste territoire. L'église de S. Donato, connue dès le XIIe siècle, fut reconstruite plusieurs fois, mais complètement dévastée pendant la dernière guerre.
Des structures anciennes il reste seulement le petit cimetière abandonné, en position dominante sur la colline. L'Oratoire de la Madonna delle Grazie, remontant à l'an 1677, se trouve près du lieu où se dressait l'église de San Donato de Cignano.


 
Via del Pilastrino
Via del Pilastrino

Via del Pilastrino

Un petit pilier (pilastrino) du XVIIe siècle, restauré au début de ce siècle, indique le lieu où se trouvait le monastère camaldule de Santa Cristina, où la Bienheureuse Lucia da Settefonti fut Abesse. En se dirigeant vers Cignano, on rejoint une aire équipée du Parc d'où le panorama s'ouvre au nord sur la plaine et sur l'imposante formation des Calanchi dell'Abbadessa et au sud sur la vallée du torrent Idice et sur un long trait de l'Apennin bolognais.


 
 
 

Calanchi dell'Abbadessa

Le "col de la Badessa" relie le relief marneux de mont Arligo à Via del Pilastrino, à travers une étroite arête de sillons séparant la vallée du Rio Centonara de celle du Rio Cignano.
Un parcours historique, devenu aujourd'hui un tout petit chemin, à traits très étroit, se développe le long de l'arête. L'itinéraire, très dangereux surtout après les pluies, est compris dans une zone du Parc à protection totale, où l'accès au public est interdit. 


 
Eglise de S. Andrea
Eglise de S. Andrea

S. Andrea

Sur le doux versant nord de mont Arligo se dresse en solitude l'église de S.Andrea, qui apparait dans des documents du XIe siècle et qui fut reconstruite entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. Les dépouilles de la Bienheureuse Lucia de Settefonti y sont conservées. Près de cette simple église se trouve la néogothique Villa Massei, entourée par un vaste parc.


 
Pieve di Pastino
Pieve di Pastino

Pieve di Pastino

La Pieve, ancienne église paroissiale, se dressait sur un point extrêmement panoramique, dominant la plaine. Selon la légende, elle prenait son nom de celui d'un temple païen dédié à Pan. De son noble passé ce qui reste aujourd'hui c'est seulement son simple oratoire. Les murs du bâtiment situé près de l'oratoire, datant du XVIe siècle et bâti en utilisant les matériaux de l'ancienne église paroissiale, sont enrichis avec des blocs de sélénite et des éléments décoratifs.


 
Beffroi de Settefonti
Beffroi de Settefonti

Settefonti

La silhouette unique de l'ancien beffroi s'érige, au dessus du bois, sur le sommet de la colline de Settefonti. Il fait partie des restes - restaurés par le Parc - de la paroisse de S. Maria (XVIIe siècle), qui se trouve au cœur d'un bourg médiéval fortifié, dont il reste des traces des murs. À la base de la colline, au début de Via Medali, se trouve le petit cimetière historique et une aire équipée pour le stationnement. 


 
San Pietro di Ozzano
San Pietro di Ozzano

San Pietro di Ozzano

Ce bourg suggestif présente encore l'aspect qu'il avait dans les dessins du XVIe siècle. Il se compose d'une imposante tour datant du XIe siècle et d'un petit group de maisons entourant l'église, qui conserve à son intérieur un chapiteau roman provenant de la Pieve di Pastino. Près de la tour, des fouilles archéologiques ont dévoilé les restes de l'agglomération médiévale et l'aménagement routier des origines.


 
Musée de la Préhistoire Luigi Donini
Musée de la Préhistoire Luigi Donini
Musée de la Préhistoire Luigi Donini
Musée de la Préhistoire Luigi Donini

Musée de la Préhistoire Luigi Donini

À San Lazzaro di Savena, aux limites du Parc, se trouve depuis 2003 le Musée de la Préhistoire « Luigi Donini ». Après avoir été agrandi et renouvelé, le musée est devenu l'un des musées d'archéologie préhistorique les plus importants d'Italie. Une riche collection de pièces archéologiques s'alterne avec d'amples espaces dédiés à la reconstruction en taille réelle de la civilisation et de la faune préhistorique de l'âge villanovien. 


share-stampashare-mailQR Codeshare-facebookshare-deliciousshare-twitter
© 2018 - Ente di gestione per i Parchi e la Biodiversità - Emilia Orientale