Parks.it Accueil

L'Espace protégé

Carte d'identité

  • Gran Paradiso Parco Nazionale:
    • Superficie terrestre (ha) : 71.043,00
    • Région : Valle d'Aosta, Piemonte
    • Province : Aosta/Aoste, Torino
    • Communes : Aymavilles, Ceresole Reale, Cogne, Introd, Locana, Noasca, Rhêmes-Notre-Dame, Rhêmes-S.Georges, Ribordone, Ronco Canavese, Valprato Soana, Valsavarenche, Villeneuve
    • Loi d'institution : RDL 1584 3/12/1922 - DPR 3/10/79, DPR 27/5/09
    • Liste officielle EP : EUAP0006
  • Autres espaces protégés gérés :
    • ZSC Ambienti calcarei d'alta quota della Valle di Rhêmes

Le Règlement du Parc (PDF - 66 Kb)

 

 
Grand Paradis

Les milieux du Parc

Le Parc protège un espace caractérisé par un milieu principalement alpin. Les montagnes de la chaîne du Grand Paradis ont été par le passé entaillées et modelées par de grands glaciers et des torrents jusqu'à créer les vallées actuelles.
Dans les forêts du fond de la vallée, les arbres les plus communs sont les mélèzes, mélangés à des sapins rouges, à des pins cembro et plus rarement à des sapins blancs.
A mesure que l'on gravit les versants, les bois sont remplacés par de vastes pâturages alpins, couverts de fleurs à la fin du printemps. Plus haut encore, et jusqu'aux 4 061 mètres du Grand Paradis, ce sont les roches et les glaciers qui caractérisent le paysage.

Baies de sureau

Géologie

La chaîne du Grand Paradis est formée de roches d'époques et d'origines différentes. En particulier on y trouve un complexe de gneiss stratifiés (roches métamorphiques dérivées de granites ou de diorites, encore présents par endroits). Les gneiss présentent parfois un recouvrement de schistes calcaires différemment métamorphisés, dérivés de sédiments marins de l'époque mésozoïque. A signaler également la présence de riches filons de minerai de fer en Val di Cogne, qui a beaucoup influencé la vie des populations de la vallée.

Chamois

Le patrimoine culturel

Villages et alpages racontent la longue histoire de la civilisation des bergers : des communautés auto-suffisantes qui ont vécu sur ces montagnes pendant des siècles et qui avaient des contacts plus fréquents avec les habitants de l'autre côté des Alpes qu'avec les populations de la plaine. Les habitations du versant piémontais sont entièrement construites en pierre, tandis que dans le versant valdôtain le bois a un rôle également important. Le modèle le plus commun, avec des différences dans les différentes vallées, prévoit un bâtiment en pierre et en bois avec une étable au rez-de-chaussée, l'habitation au premier étage et la grange au dessus, afin de conserver autant que possible la chaleur des logements. Le Parc vise à valoriser le patrimoine culturel de la montagne et à favoriser son développement économique compatible avec l'environnement.

Informations touristiques : Secrétariat touristique de Noasca (TO) - Tél. et Fax 011/8606233 - E-mail: info@pngp.it

Jeune bouquetin

Faune et flore

Le bouquetin (Capra ibex), espèce symbole du Parc, est un animal assez confiant, et il n'est pas difficile de l'observer dans les prairies alpines. Les mâles, caractérisés par leurs cornes longues et recourbées, vivent en petites troupes, tandis que les femelles, qui ont des cornes plus courtes, forment des bandes séparées avec leurs petits.
Généralement on entend son sifflement avant de la voir: c'est la marmotte, joli rongeur des milieux de montagne. Avec ses ongles fortes, elle creuse de longues galeries dans le sol qui lui permettent de se cacher des dangers et de passer l'hiver en hibernation.
Après avoir disparu du Parc en 1912, le gypaète (Gypaetus barbatus) est en train de réapparaître sur les Alpes grâce à un projet international de réintroduction. Par contre, un autre grand rapace niche dans cette région: l'aigle royal, assez facile à observer.
Comme son nom le suggère, le bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra) est caractérisé par un bec dont les extrémités se croisent, ce qui lui permet d'ouvrir les pommes de pin pour en tirer les graines. C'est un oiseau typique des bois de conifères.
Seule conifère qui perd ses feuilles en automne, le mélèze (Larix decidua) est une plante pionnière, qui peut pousser en peu de temps même sur les terrains nus de la haute montagne, où la végétation est presque absente.
Espèce symbole de la haute montagne, l'édelweiss (Leontopodium alpinum) se trouve entre les 1 500 et les 3 200 mètres d'altitude. Plutôt localisée, cette plante se caractérise par un léger duvet sur la partie supérieure des feuilles.
Le lis de saint Bruno (Paradisea Liliastrum) a été choisi en tant que symbole du jardin botanique Paradisia de Valnontey (Cogne), exposition en plein air de la flore alpine.

Plus de renseignements

L'histoire

L'histoire du Parc est étroitement liée à la protection du bouquetin. Déjà en 1856 le roi Victor Emmanuel II avait déclaré Réserve Royale de Chasse une partie du territoire actuel du Parc, sauvant ainsi de l'extinction le bouquetin, dont la population avait été réduite de façon alarmante. Le roi avait en outre formé un corps de gardes spécialisés, et il avait fait réaliser des sentiers et des chemins muletiers qui, encore aujourd'hui, représentent le meilleur réseau utilisé par les gardes-moniteurs pour la protection de la faune, et qui forment le noyau des sentiers d'excursion.
En 1920 le roi Victor Emmanuel III donna à l'Etat italien les 2 100 hectares de la réserve de chasse, à condition qu'il y crée un parc national. Après deux ans, le 3 décembre 1922, fut inauguré le Parc National du Grand Paradis, le premier parc national italien. L'espace protégé fut géré jusqu'à 1934 par une commission douée d'autonomie administrative ; ensuite, il fut géré directement par le Ministère de l'Agriculture et des Forêts jusqu'à après la Deuxième Guerre Mondiale (en subissant de forts dégâts pendant la guerre), et par un organisme autonome à partir de 1947. En 1991 une loi-cadre sur les Parcs a été approuvée : elle représente un instrument législatif indispensable pour réglementer la naissance et la vie des espaces protégés italiens, y compris le Parc du Grand Paradis.

Plus de renseignements

share-stampashare-mailQR Codeshare-facebookshare-deliciousshare-twitter
© 2019 - Ente Parco Nazionale Gran Paradiso